Carnot-Cannes.fr > Arts Plastiques
Arts Plastiques
Les secondes 1 option arts visuels rencontrent la styliste Sandrine Belotti. PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Lundi, 19 Février 2018 11:10
Dans le cadre des découvertes des différents métiers liés aux arts visuels, une réflexion sur le métier de styliste a été menée en classe par le biais d’un projet de dessin. Celui-ci a été suivi par une rencontre avec une professionnelle du métier, Sandrine Belotti.

 La styliste qui va bientôt ouvrir son atelier en face du lycée Carnot a largement présenté les différentes facettes de son métier aux élèves de seconde 1 dont les questions se sont révélées intarissables. Ainsi cette dernière a expliqué son travail pour certaines artistes lors du festival de Cannes, Comme Uma Thurman ou Nicole Kidman. Travaillant seule et toujours sur des modèles uniques, elle a développé un style très personnel, léger, transparent et décalé, qui s’est concrétisé également avec un travail sur les séries de Miss France.

L’échange dynamique a porté sur les aspects concrets du métier, des études au travail direct sur mannequin, en finissant par le CA d’une créatrice qui s’est construite seule et de façon très efficace dans le bassin cannois et qui semble se spécialiser de plus en plus dans les robes de mariage ou de soirée.

Ces échanges ont aussi pour but que les élèves puissent se projeter dans l’avenir de façon plus concrète et leur attitude très ouverte a souligné leur intérêt pour ce métier lié aux arts visuels.
 
Une création de Sandrine Belotti.
Mise à jour le Lundi, 19 Février 2018 11:16
 
Les élèves de TL2 spécialité arts plastiques au Suquet des artistes à Cannes. PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Jeudi, 15 Février 2018 12:20
Les ateliers d’artistes de la ville de Cannes, dits Le Suquet des artistes,  ont accueilli mardi 13 février 2018 les élèves de TL2.

Les élèves ont ainsi rencontré Richard Ferri Pisani dans son atelier, l’objectif étant de permettre aux élèves de visualiser le lieu de travail d’un artiste, en lien au programme, Le monde est leur atelier, et à l’atelier d’Auguste Rodin.

Ils n’ont pas été déçus et pour cause : cet artiste en résidence au Suquet depuis deux ans est un expérimentateur et un humoriste de l’image. Inspiré aussi bien par les collages dadaïstes que par ceux de Rauschenberg, en passant par le coté publicitaire de Warhol, avec une faculté de procéder aux détournements les plus inattendus sur toutes sortes d’objets et de matériaux, procédant à des rapports analogiques les plus inattendus, Richard Ferri Pisani fait de l’art un jeu mettant le spectateur en tension entre image objet et texte.

Les élèves ont ensuite revu Olivia Paroldi, l’artiste qui avait exposé au lycée l’an passé, qui a présenté son travail cette fois ci dans le cadre de son atelier de gravure, en expliquant les différentes étapes de sa démarche, du dessin à l’impression, pour finir sur les murs des villes ou lieux culturels, œuvres presque toujours éphémères.

Nous avons ensuite continué sur  la visite d’une magnifique exposition personnelle de l’œuvre de celle-ci sur les murs de la galerie, puisque ce lieu a aussi un objectif de monstration.

Pour terminer, les élèves se sont essayés à une petite expérience de gravure in situ, sur un travail collectif sur le sol même d’une des pièces de ce lieu de culture dynamique et accueillant qui a parfaitement reçu nos classes avec une grande ouverture et sympathie.
 
Richard Ferri Pisani dans son atelier
Mise à jour le Jeudi, 15 Février 2018 12:24
 
Le cycle gravure des plasticiens d'Hypokhâgne au Suquet des Artistes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Mardi, 13 Février 2018 13:12
Durant cinq séances nos plasticiens travailleront avec Olivia PAROLDI au sein de son atelier. Ils vont pouvoir aborder aussi bien la xylogravure, la linogravure, l’eau-forte que la photogravure. Ils profiteront par la même occasion de l’exposition consacrée aux travaux les plus récents  de l’artiste. En effet, Olivia PAROLDI présente ses séries d'estampes urbaines, comme celles qui ont été réalisées depuis 2016 pour les rues de Cannes (Petit Juas, La Bocca, Cannes Maria) et dans le quartier du Suquet, mais aussi sa série "Les Enfants de l'exil", travail de juin à septembre 2017. Ces collages ont été réalisés sur les murs de France, Italie et des Balkans. L'artiste présente également une série qui présente le début de ses créations gravées sur le thème de "Nos racines" symboliques et mythologiques communes ainsi que différentes phases de travail réalisées avec plusieurs groupes d’enfants de différentes origines rencontrés dans les Alpes Maritimes.
La série Nos racines s’attache à mettre en image une part de la richesse de notre pays composée de métissages culturels.

La plasticienne invite à cette occasion 25 artistes graveurs du monde entier qui partagent cette envie de pratiquer une technique ancestrale pour exprimer le présent. Parmi eux : Camilo Ortiz Figueroa (Chili), Hiroko Ryusekido (Japon), Lilianna Bastia et Silvia Grandi (Italie), Silvia Gaona, Francisco Gonzalez, Zamer Zamer et Jadher (Mexique), l’Atelier Circulaire de Montréal (Québec), Abel Puente Cotilla (Cuba), Le NewarPrintshop (USA), ....
Mise à jour le Jeudi, 15 Février 2018 11:55
 
Les Grands Rangements, Gilles BOUDOT PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Mardi, 13 Février 2018 13:09
Voici près de quatorze ans que Gilles BOUDOT avait exposé Les Phénomènes Simples, séries de photographies renvoyant aux expériences amusantes, aussi sérieusement abordées qu’un enfant en train de jouer. Si Les Grands Rangements évoquent tragiquement de grands ports industriels désertés, ou bien encore les improbables perspectives portuaires de Claude GELLÉE (dit le LORRAIN), le regard  malicieux du photographe nous interpelle et nous fait plonger une nouvelle fois dans l’univers onirique de l’enfance, là où les objets du quotidien, se trouvent investis poétiquement d’une nouvelle appartenance. Ni paysage, ni nature-morte, (mais peut-être aussi les deux à la fois…) les photographies de Gilles BOUDOT piègent notre regard dans la quête d’une impossible mise au point… 
 
Mise à jour le Jeudi, 15 Février 2018 11:58
 
Visite de l’exposition Hommage et chefs d’œuvre du peintre Pierre Bonnard PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Vendredi, 26 Janvier 2018 11:25
Visite de l’exposition Hommage et chefs d’œuvre du peintre Pierre Bonnard par les élèves de 1ère L2 spécialité arts plastiques .
 

Pour cerner les enjeux des Nabis, les élèves ont découvert un musée de proximité, celui du peintre Pierre Bonnard, qui a vécu la fin de sa vie dans les collines du Cannet, y puisant sujets à peindre et sources d’inspiration.

La médiatrice Fanny Lejay, ancienne élève du lycée Carnot en spécialité Arts Plastiques, a développé autour des œuvres de l’artiste la notion de support, de cadrage, d’espace, et l’influence qu’a exercé sur le peintre les estampes du Japon, découvertes par nombre d’artistes du XIXème siècle.

 Ainsi découvre –t-on entre autre, le Paris d’avant la tour Eiffel, et des points de vue en plongée étonnants, inspirés aussi par la photographie.

Ainsi les recadrages par des embrasures de portes, de fenêtres ouvertes, des reflets dans des miroirs ou l’eau d’un tub, sont autant de pistes de construction et déconstruction de l’espace, appréhendées par les élèves.

La planéité du support, revendiquée par les Nabis, a été mise en évidence par l’analyse de certaines œuvres comme La partie de croquet, où fond et formes se mêlent parfois et où la planéité du support s’affirme.

Après 1900, Bonnard évolue en dehors de tout courant artistique, s’affranchissant des nabis. 

Il montre alors ses marchands, les Bernheim, dans des composition audacieuses, allant jusqu’à faire disparaître leur visage par le cadrage de l’image. Au diable la commande, pourvu que l’artiste aille au bout de son propos.

L’exposition est composée d’œuvres issues de collections privées, du musée d’Orsay, mais aussi du musée Bonnard lui même.
Mise à jour le Vendredi, 26 Janvier 2018 11:27
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>

Page 1 de 8