Rentrée 2018 - Lettres PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lycée Carnot   
Vendredi, 29 Juin 2018 11:55
Les lettres en Hypokhâgne - conseils de lecture pour la rentrée
 
 
NB : les éléments à considérer en priorité d’ici la rentrée apparaissent soulignés et en caractères gras.
 
 
Commençons par l’essentiel : pour tirer profit des études littéraires en Hypokhâgne et en Khâgne, rien ne vaut le contact personnel avec les textes, leur fréquentation assidue. Se cultiver, au sens fort du terme, requiert un certain nombre de connaissances précises – histoire littéraire, étude des genres, des grands débats d’esthétique –, mais ce savoir n’est pas suffisant : il convient avant tout de goûter les œuvres, d’aborder la littérature avec cœur, de s’adonner avec ferveur à la lecture des grands auteurs.
 
Afin d’acquérir les connaissances nécessaires, vous avez intérêt à conserver cours et manuels du lycée, et à les considérer comme un point de départ dans votre travail. Vous pourrez compléter vos connaissances à partir d’ouvrages généraux comme La littérature française de A à Z (Hatier), ou l’Histoire de la littérature française de X. DARCOS (Hachette éducation) présentés dans un format commode ; ou encore, sous la direction de J.-Y. TADIE, La littérature française : dynamique et histoire, Tomes I et II, Gallimard, Folio essais, 2007. On ne saurait trop conseiller en outre la possession personnelle d’une anthologie de textes littéraires (on peut facilement en trouver d’occasion) comprenant, en général, un tome par siècle, outre le Moyen-Age : par exemple, Collection Lagarde et Michard (Bordas), Collection « Itinéraires littéraires » (Hatier), Collection « Littéraire, Textes et Documents » (Nathan), ou encore Collection « Perspectives et Confrontations » (Hachette). Ces ouvrages, indispensables, ne seront pas consultés seulement pour fixer les repères et conforter les notions d’histoire littéraire, mais aussi pour découvrir auteurs et textes. Toutefois, ces anthologies ne sauraient se substituer aux livres eux-mêmes : la lecture patiente et attentive des œuvres -complètes- est irremplaçable.
 
Or, les vacances se prêtent particulièrement à la lecture d’œuvres longues ou réputées difficiles : profitez de ce temps libre pour combler vos lacunes et vous plonger dans les nombreux classiques que vous n'avez pas encore fréquentés... Vous aurez intérêt à vous constituer un programme personnel de lecture, en vous laissant guider par vos goûts et votre curiosité, à partir des indications données ci-dessous en fonction des genres (tous ces titres se trouvent en collection de poche). Conseil pratique : prenez l’habitude, dès à présent, de tenir un carnet de lecture, où vous noterez, outre les références de l’œuvre, les premiers éléments à retenir (sur l’auteur, l’intrigue, la structure de l’œuvre, les thèmes, les personnages, les enjeux littéraires, le style…), vos réflexions (par exemple, les raisons pour lesquelles le texte vous a plu, déconcerté, rebuté), des citations ou des passages qui vous ont marqué.
 
Pour le récit, on commencera par un ou deux romans du XIXe siècle, siècle où le genre romanesque s’épanouit (Les Illusions perdues, Le Père Goriot de BALZAC, Le Rouge et le Noir ou La Chartreuse de Parme de STENDHAL, Madame Bovary ou L’Éducation sentimentale de FLAUBERT…), mais on pourra lire un roman du XVIe siècle (Gargantua, de RABELAIS, éd. Pocket, Classiques n° 6089 (Marie-Madeleine Fragonard)), une œuvre du XVIIe siècle (La Princesse de Clèves de MADAME DE LA FAYETTE, Livre de Poche, Classiques de poche n°374, 1991, Le Roman comique de SCARRON), une du XVIIIe siècle (Les Lettres persanes, de MONTESQUIEU, L’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut de L’ABBE PREVOST, Jacques le Fataliste et son maître, de DIDEROT, Gallimard, Folio Classique, 2006 (Yvon Belaval)-œuvre qu’il faudra avoir lue pour la rentrée de septembre, Les Liaisons dangereuses de CHODERLOS DE LACLOS, La Nouvelle Héloïse de ROUSSEAU), et une du XXe siècle, par exemple Du côté de chez Swann de PROUST, Les Faux-Monnayeurs de GIDE, La Condition humaine de MALRAUX, La Nausée de SARTRE, L’Etranger ou La Peste de CAMUS, Le Hussard sur le toit ou Un roi sans divertissement de GIONO, La Modification de Michel BUTOR, Le Planétarium de Nathalie SARRAUTE, La Jalousie d’Alain ROBBE-GRILLET, Le Rivage des Syrtes de Julien GRACQ… L’année commençant par l’étude du domaine romanesque, n’attendez pas pour entreprendre ces lectures (trois romans au moins d’ici la rentrée).
 
Pour le théâtre, on lira quelques pièces (et /ou on pourra en visionner des captations). On devra ainsi prendre connaissance des grandes pièces de « l’âge d’or » de notre théâtre (XVIIe : CORNEILLE, RACINE, MOLIERE). On pourra lire également des pièces qui prolongent le genre de la comédie au XVIIIe siècle (MARIVAUX, BEAUMARCHAIS), aborder le renouvellement du langage dramatique dans le drame romantique (HUGO, MUSSET), enfin, lire ou voir des pièces du XXe siècle (CLAUDEL, BECKETT, IONESCO, ANOUILH, SARTRE…)
 
Pour la poésie, le mieux est de recourir à une anthologie et, à partir d’elle, de lire (à voix haute!) l’œuvre de tel ou tel poète dont certains poèmes vous auraient particulièrement touché. Vous avez le choix : par exemple l’anthologie de la Collection Bouquins, Mille et cent ans de poésie française. Il ne faut pas hésiter à ouvrir ces anthologies, les feuilleter, s'y plonger sans crainte et sans complexe. Ensuite, pour approfondir, la collection Poésie/Gallimard vous offrira la plupart des œuvres couvrant l’ensemble de la poésie française.
 
Par ailleurs, il est bon d’avoir une certaine connaissance des grands textes de l’antiquité gréco-latine (voir la bibliographie de Langues et culture antiques) comme de la Bible (Ancien Testament : La Genèse, le Cantique des Cantiques, le livre de Job… Nouveau Testament : au moins un Evangile) : il paraît difficile d’envisager des études littéraires en méconnaissant cette double tradition à laquelle les œuvres puisent et font constamment référence.
 
Enfin, voici quelques références d’ouvrages critiques qui pourront être utiles au cours de l’année :
* J. VASSEVIERE/ N. TOURSEL, Littérature : 150 textes théoriques et critiques. (Armand Colin, coll. Cursus) 
* A.COMPAGNON, Le démon de la théorie (Points Seuil)

Mais, il faut y insister, la lecture d’un texte littéraire (sa compréhension, son appréciation comme son analyse) requiert avant toute chose la maîtrise de la langue française : mettez à profit le temps des vacances pour remédier aux lacunes que vous n’avez peut-être pas comblées jusqu’ici…

Bonnes lectures estivales !

Mise à jour le Lundi, 02 Juillet 2018 09:47